Le tour de Sébastien Josse 2/2

Publié le par Nam

Le Sud vu par Sébastien Josse : vie à bord, stress et performance

(pour info Séb avait déjà affronté ce monde beau mais hostile sur un Trophée Jules Verne à bord d'Orange de Bruno Peyron ... ce n'est pas rien !)

« Il faut mettre le casque antibruit, se trouver un matelas bien moelleux qui amortisse les chocs et débrancher deux ou trois neurones. Ensuite, tu attends 24 heures et tu regardes combien de milles tu as parcouru ! En clair, si tu te bouches les yeux et les oreilles, cela passe ! Mais attention, cela ne veut pas dire que nous sommes des kamikazes. Car il s’agit de savoir où est la limite. Plus ça va, plus les bateaux vont vite et plus les skippers ont envie de les mener à 100%. Le Vendée Globe est en train de changer pour ça ! Il n’y a plus de deux ris / trinquette. C’est 100% tout le temps mais pas 102 ou 110 car sinon cela ne passe pas !»

 

Sébastien Josse : le Méditerranéen

Si Séb a été 'accueillit' dans la vallée des fous (au centre d'entraînement Figaro de Port Laf' et dans l'écurie Mer Agitée de Mich' Desj'), il est bel et bien méditerranéen au départ le Jojo.

Voilà c'est dit car vous savez combien j'aime rappeler que la France est le pays d'Europe 'continental' avec la plus grande façade littorale, soutenir que cette façade si elle se répartit entre plusieurs bassins de navigation (Atlantique, Manche, Méditerranée ... et les puristes subdivisent encore ces zone en Bretagne Sud et Nord, par exemple) et bien l'amour de la mer, la passion de la navigation à voile est présente sur toutes ces eaux françaises !!!

 

L'histoire du bateau ... une pensée pour Raphaël Dinelli toujours en mer

Le bateau sur lequel Séb a fait ce Vendée Globe est une vieille connaissance.

Sébastien Josse à bord de VMI à l'arrivée de ce Vendée Globe

 

Il y a quelques années Raphaël Dinelli, après pas mal de galères, arrive enfin à décrocher un sponsor digne de ce nom avec l'entreprise 'Sodebo', objectif : le Vendée Globe. Raph fait construire 'son' bateau. Mais après quelques courses Sodebo juge les résultats décevant, débarque Raph et finalement préfère confier la barre de l’engin à Thomas Coville pour courir le Vendée Globe 2000 ! Pendant la course Thomas, qui a récupéré le bateau un peu tard pour le mettre ‘à sa main’ et combler les sérieux 'trous' en terme de performances qu’il a aux allures proches du vent, se bat avec un certain Dominique Wavre lors de la remontée de l'Atlantique … 4 ans plus tard aux mains de Séb sur le même bateau le même scénario se reproduit au même endroit, avec le même adversaire et pour les mêmes places au pied du podium (4ième et 5ième).

Avant ce Vendée Globe Jojo avait pu effectuer quelques travaux avec l'accord de son sponsor mais vu le budget limité, les évolutions ont été minimes et cela a été plus au marin Jojo de s'adapter à sa vieille monture que l'inverse. Avec une telle histoire on peut encore d'avantage tirer un grand coup de chapeau à cet "affreux Jojo" (expression familiale et affectueuse pour désigner quelqu'un qui en fait voir de toutes les couleurs aux autres ...).

Et Raphaël Dinelli pendant ce temps, malheureux et ancien chef de projet du bateau, est parti pour cette même course (qui pour lui est définitivement plus une aventure) sur un très vieux bateau d’occase, grâce à une sponsor de dernière minute (Akena Veranda). Cette semaine il a vu son ‘bébé’ franchir la ligne alors que lui est encore en course pour quelques semaines. Et pour être complet : un autre bateau dernière génération Dinelli est toujours en construction dans un hangar mais, faute de moyen et pris par le temps, Raph a préféré jouer la sécurité en partant pour ce tour du monde sur un vieux bateau (celui de Nandor Fa).

 

 

Retour sur la course ... Jojo aurait pu terminer 3ième.

Jusqu'à sa rencontre du 3ième type avec un petit iceberg, Sébastien avait fait la course idéale, arrivant à rester dans le même système météo que les leaders grâce à une maîtrise parfaite de son sujet. Dans le sud, la veille de son accrochage avec le growler (petit iceberg) il croisait le fer avec un certain Mike Golding à la grosse expérience des tours du monde en solo ou avec des Jean Le Cam ou Roland Jourdain possédant tous 2 des bateaux flambants neufs ... pas rien pour, je vous rappelle, un benjamin sur un vieux bateau peu 'révisé'. On a même pu rêver avant cette avarie que Sébastien monte sur le podium de ce Vendée Globe puisqu'en raison du bris de quille de Bilou Jourdain, Jojo se retrouvait en plein Sud à la lutte pour la 3e place avec l'anglais Mike ! Malheureusement c'est là que sa course époustouflante a connu un sérieux 'un coup de froid'.

Publié dans Vendée Globe 2004

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
B
Juste un petit détail : en 2001, Dominique Wavre et Thomas Coville sont arrivés respectivement en 5e et 6e position (et non 4e et <br /> 5e), entre eux et le podium c'est 'intercallé' un certain Marc Thiercelin.
Répondre
L
La société vendéenne VMI va peut-être oser imiter sa compatriote PRB pour 2008 et faire construire un beau bateau dernière génération pour son skipper plein de talent qu'est Sébastien Josse... Ce serait une belle récompense pour lui.
Répondre