Dopage ?

Publié le par Nam

Après le sujet assez 'léger' d'hier revenons aux choses sérieuses ...

 

Dans la plupart des sports de haut niveau, le dopage défraye régulièrement la chronique. En voile ... c'est le silence absolu, pas une seule histoire croustillante à se mettre sous la dent, ça semble être LE sujet tabou : même les journalistes sportifs n'abordent jamais cet aspect délicat de la course au large ... pourtant il doit y avoir de quoi faire !

 

Sébastien Josse boit du Champagne à l'arrivée ... et pendant la course ? (la réponse à la fin de cet article)

 

Vincent Riou (PRB) reconnaissait à l'arrivée "Il n'y a pas tellement de moments précis durs à encaisser. Ce qui est dur, c'est de tenir sur la durée. A la fin quand il fallait faire du cap, il fallait être surtoilé. Le dodo ? Niet."

 

C'est clair au cas où vous en doutiez l'organisme est soumis à très rude épreuve lors d'un Vendée Globe et les skippers tout au plus reconnaissent du bout des lèvres ... consommer quelques vitamines ... 2 exemples.

 

Karen Leibovici (Benefic) "Quelques rituels me permettent d'avoir un certain rythme et une régularité. Ces petits rendez-vous quotidiens sont : manger, dormir, nettoyer le bateau, prendre mes vitamines, me laver...". Et oui les vitamines au quotidien au beau milieu d'autres petits gestes simples de la vie de tous les jours à bord !

 

Ou encore lu dans l'article du lundi 24 janvier 2005 (Libération) par Dino DIMEO : "C'est gavé de vitamines et armé de patience que Golding tente de recoller à la tête de course."

 

Voilà si la dernière concurrente de la course ou encore Mike de la 'petite' école anglaise reconnaissent prendre quelques 'produits' pour tenir le coup, qu'en est-il des coureurs français qui baignent dans le "très grand professionnalisme" de la vallée de fous ? On peut se le demander. Eux qui étudient et perfectionnent depuis de longues années tous les compartiments du jeu : nutrition, gestion du sommeil, analyse météo, manoeuvres sur le pont, lutte contre le stress, architecture des bateaux ... pour leur plus grand bien. Ils ont bien du aussi faire quelques petites incursions du coté des pilules magiques, ils ont bien du en essayer quelques-unes parmi la panoplie qui reproduit fidèlement toutes les couleurs de l'arc en ciel, non ? Surtout que même s'il y a des contrôles à l'arrivée (personnellement je n'en ai jamais entendu parler) que voulez-vous qu'on détecte après plusieurs semaines de course !

 

En y prêtant bien attention certains coureurs de cette école ne s'en cache pas ils disent se doper régulièrement pour soutenir leurs efforts en mer ...

Sébastien Josse (VMI) grand gourmand devant l'éternel (il a abondamment parlé d'alimentation lors des vacations et en particulier de chocolat) "Je viens de lire « Les Secrets de Lance Amstrong ». A la page 118, ils (les auteurs américains NDLR) disent que l’on se dope sur le Vendée Globe. Cela me fait bien marrer… Moi, je sais que je n’ai plus de sucettes…"

 

Bref tous ces skippers reconnaissent marcher aux douceurs, qui au chocolat, qui aux sucettes, thé ou autres barres de céréales dans le cas de la Miss Ellen ;-) par exemple ... Mais n'y a t'il pas anguille sous roche ? Car rien que côté sommeil faut une sacrée forme pour tenir 90 jours avec 5 heures de dodo quotidien, dodo qui plus est découpé en tranches ...

 

Et là c'est un jeune père de famille qui trouve ses nuits de terrien bien trop courtes qui vous le dit ... pour le vivre quotidiennement depuis quelques semaines dans sa propre chair !

 

Publié dans Vendée Globe 2004

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
O
Controles systematiques : Oui bien sur. C'est en controlant qu'eon sera sur.

Concentration malgré le manque de someil : c'est LE dopant militaire par excellence. Beaucoup de fric dans la recherche de ce genre de produit et les résultats qui vont avec. Un "comando" doit être à 100% pendant 72heures non stop. Et ils y arrivent. Après, ce sont des loques, mais ils sont de retour et au repos.

Et c'est bien ce que je dis : il n'y a pas de dopant vraiment étudié pour 90 jours. et je crois que le tourdumondiste qui gère son sommeil à la dope, il va dans le mur, c'est sur !!
Répondre
N
Merci beaucoup Vincent pour cet éclairage en contre point parfait avec le commentaire précédent d'OL.
Il y a clairement matière à débat sur ce sujet et je ne suis pas certain que beaucoup de monde se préoccupe de la chose.
Répondre
V
Le dopage n'est pas seulement une affaire liée aux courses de longue durée.
En effet des controles antidopages ont lieu par exemple sur la solitaire du Figaro. Comment un homme (ou femme) quel qu'il soit peut-il passer trois jours complets voire plus sans sommeil en étant attentif à la moindre bascule de vent ou de changement de cap du concurent direct.
Certains produits peuvent etre utilisés permettant ainsi de rester concentré sur une longue periode (utilisé pour le tir a l'arc, ...)
D'autres permettent de tenir le coup et de rester éveillé durant de longues periodes (pas seulement de la cafeine).

Les controles doivent etre systematiques afin de lutter efficacement contre toutes ces substances. Tous les sports sont atteints par ce fleaut. Meme la petanque est touchée par le dopage.

A+
Répondre
O
Le dopage en sport concerne essentiellement 2 choses :
* la force physique (fabriquer du muscle à l'entrainement)
* La capacité physique (EPO etc.) et mentale (Seuil de douleur) à fournir un effort pendant quelques secondes à quelques heures.

Ces indications classiques du dopage ne me parraissent pas les plus nécessaires dans un tour du monde à la voile.

* Force physique. Franchement, c'est un plus, mais c'est pas la clé. On est pas sur l'América ou on est à 1/10eme de seconde près pour border la GV.
* Résister à quelques heures d'effort ? Oui ! et après !?

En gros, si les voileux tourdumondistes se dopent pas, ce serait pas parce que ce sont des anges, c'est parceque les produits sur le marché ne sont pas ce qu'ils auraient le plus besoin. A quoi ca lui sert de prendre un shoot pour bander pendant 3 heures si il doit payer le contre-coup pendant 3 jours ? Ca tient pas debout.
Répondre
O
Nuits trop courtes en mer, nuits trop courtes sur terre... même combat !
Encore quelques semaines à tenir et ça devrait s'arranger, enfin je l'espère...
Courage !
Répondre