Photo de transition de Benoit Parnaudeau

Publié le par Nam

A l'arrivée de Benoît Parnaudeau (Max Havelaar) en 10ième position de ce Vendée Globe 2004, je me suis lancé, comme à l'accoutumé, dans un petit hommage à l'homme et à son projet original, il le mérite amplement. Il se trouve qu'après vous avoir présenté très rapidement Benoit et surtout parlé du bateau dans un précédent article, j'avais prévu de pondre un second article sur l'homme. Repoussé une première fois pour donner la parole à Lani cet article n'a pas encore vu le jour ... car figurez-vous que j'ai énormément de choses à dire et pour l'instant je me heurte à la difficulté de coucher mes (trop ?) nombreuses réflexions sur le papier ... d'autant qu'elles ont tendances à prendre un sérieux embonpoint au fil du temps, embonpoint qui, je l'ai remarqué, est difficilement compatible avec l'attention légitimement volatile de mes lecteurs (je rappelle que Nam est un site ... perso, ce qui change le comportement de son auteur comme celui de ces visiteurs, j’en suis persuadé).

 

Pour me donner le temps de trouver la meilleure solution pour vous faire partager mes riches sentiments à l'égard de l'exceptionnel Benoît Parnaudeau, je vous propose aujourd'hui juste une photo commentée ... Photo qui clos le thème sur le bateau de Benoit, sujet abordé pour l'essentiel dans le premier article cité en hyperlien plus haut. Et photo qui introduit bien le bonhomme : à mes yeux et pour faire bref - c'est le challenge de mon / mes prochain(s) article(s) - ce bonhomme, Benoit, incarne mieux que quiconque l'esprit du Vendée Globe.

 

 

Pourquoi j'ai choisit cette photo d'arrivée où le bateau n'est pas fièrement sous voile ? Que nous apprend t’elle ? Elle témoigne de la réalité du projet de Benoit. Max Havelaar, le sponsor (association pour le commerce équitable) dont le nom figure sur la coque de Benoit, est en grande partie effacé ... Là aussi, comme vu hier avec le chariot d'écoute de grand-voile que de différences entre un bateau de pro (par exemple celui aux couleurs de Bonduelle dont la déco psychédélique jaune a magnifiquement résisté à un tour du monde) et la déco de Max ou de simples lettres colées sur la coque n'ont pas tenu sur le même parcours. D'ailleurs au passage vous noterez que les efforts sur bâbord ont du être plus violents que ceux sur tribord car le nombre de lettres restantes de chaque côté n'a rien à voir (cf. les photos sur le site de la course) comme par exemple celle-ci. Là aussi c'est vraiment très révélateur : les communicants 'officiels' tous autant qu'il sont ne nous montrent/ne nous rapportent délibérément les choses que sous un angle précis : le nombre de photos de Max prises puis diffusées n'a rien à voir entre les 2 bords (je dirais 10 contre 1) ... ne soyez pas naïfs la communication des médias est toujours 'dirigée' selon un axe bien précis quitte à gommer complètement les réalités comme ici (Benoit n’est pas un concurrent comme les autres, le tour du monde reste une aventure y compris pour le matériel … !!!). Cette orientation est visible aussi sur le même thème des décorations (je serais même tenté de dire qu’elle atteint là son paroxysme) avec les 2 faces du trimaran Castorama / B&Q d'Ellen. L’information en général, et l’information nautique en particulier, est un bien de consommation comme un autre … avec son packaging !

 

 

A bientôt pour la suite.

 

___
. Révision 1.0 du 7/03/2005 : ajout des liens URL

Publié dans Vendée Globe 2004

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article