La course est-elle jouée ?

Publié le par Nam

Le grand évènement de cette semaine c'est la Course avec un grand C, dans toutes ses dimensions : la météo, la tactique, le classement. Car il semble bien que la victoire du Vendée Globe soit jouée à 18 jours seulement du départ (pour rappel le tour du monde risque quand même de durer autour de 90 jours au total, soit encore 70 jours à pester et ruminer pour les déçus !). Une semaine qui m'a tenue en haleine et dont voici le résumé. Les articles du 1ier thème sont conseillés aux accros de la "voile de compétition" (et déconseillés aux autres).

Bonne lecture à tous.

 

Thème 1 : Résumé d’une semaine HISTORIQUE !

Toujours aucun abandon : 20 au départ le 7 novembre, 20 à régater sur l'eau 3 semaines après. La tête de course vient de boucler le premier quart du parcours à une vitesse hallucinante au portant jusqu'en début de semaine avec un pot au noir peu actif. Le tournant a eu lieu cette semaine ... jugez plutôt.

La situation météo : l'anticyclone de St Hélène se ballade en Atlantique sud. Début de semaine : l'anticyclone est coupé en 2 les leaders arrivent à se faufiler dans un trou de souris entre les 2 bulles sans vent. Milieu de semaine : l'anticyclone gonfle bloquant les poursuivants pourtant parti chercher leur salut en longeant la côte brésilienne. Pour couronner le tout l'anticyclone se décale vers le sud bien sagement posé au dessus de la tête des retardataires pendant qu’un front froid propulse les leaders à fond la caisse. L’anticyclone de Ste Hélène a joué les gardes barrière et il sera encore là au retour lors de la remontée après le Cap Horn !

Le groupe des 6 premiers

Les 6 de la semaine dernière sont toujours devant dans un ordre inchangé : Le Cam, Riou, Jourdain, Josse, Golding et Thomson. Ils ont joué une partie d'échec planétaire toute la semaine avec un anticyclone en guise d'adversaire. 2 grands gagnants qui sont arrivés à se faufiler dans un souffle d'air, certainement en tirant pas mal sur la bête pour assurer leur option : Le Cam et Riou. Les autres se sont accrochés mais le souffle d'air s'est épuisé sur les pas des 2iers et 4 déçus viennent de se prendre au moins 1j de mer (300 miles) dans les dents. Les 2 leaders naviguent à vue l'un de l'autre (200 m un matin au réveil : ils ont même faillit se rentrer dedans, en solitaire vive les radars !). Les 2 zigs vont donc pénétrer dans ce grand sud, que ni l'un ni l'autre n'ont jamais abordé en solitaire. Forts d'une confortable avance sur le reste de la flotte, ils trouvent tout les 2 cette situation idéale :

         Jean Le Cam (je déforme à peine ses propos) "jamais vu un coup météo pareil, on leur à mis une pastille" (le Monsieur à quand même un peu d'expérience des régates : il a remporté 3 fois la solitaire du Figaro)

         Vincent Riou (idem je déforme à peine ses propos) "c'est pas mal on est 2 potes, on va pouvoir allumer tout en restant plus raisonnable qu'avec une bande de 5 ou 6 énervés incontrôlables où chaque jour un taré différent de la bande appuie à fond sur le champignon".

Josse et Bilou ont eu chaud aux fesses mais sont passés in extremis. Pour les 2 anglais Thomson et Golding l'addition est encore plus saléé mais ça finit par le faire.

La suite pour eux : Jetons nous à l'eau : le vainqueur du Vendée Globe sera donc Le Cam ou Riou, ils font un sans faute depuis le début y a pas de raison pour que ça ne continue pas. Quand à la 3ième marche du podium … Bilou Jourdain estime, qu'il faudra se montrer patient avant de revoir les deux fuyards : « Il va falloir attendre l'Australie maintenant... ».

Derrière : La seconde division

En plein cœur anticyclonique, leurs voiles battent d’un bord sur l’autre au gré des résidus de houle, le tout sous un soleil rageur… Le triple effet qui consiste à se retrouver dans des calmes, de voir partir les premiers et de voir revenir les suivants est cruel. Très Dur, très très dur pour le moral ...

La suite pour eux : Ils sont à priori condamnés à jouer en deuxième division ... jusqu'à la fin du Vendée Globe.

Encore derrière : la 3e division, celle des aventuriers

Ils sont 5 (un quart de la flotte !), ils n'étaient pas venus pour la régate et bien ils sont servis : à ce rythme d’enfer je les vois bien arriver aux Sables d'Olonne un mois après les premiers.

 

 

Thème 2 : les brèves

Le Vendée Globe ? Un «  Jeu d’échec » planétaire je vous dit !!! (brève de transition avec le thème précédent)

Imaginez vous êtes à la barre d’un 60 pieds, en route pour un tour du monde, il vous faut : faire avancer le bateau, l’entretenir en vue du grand sud, manger, dormir, soigner vos bobos, communiquer régulièrement avec la terre pour que votre sponsor soit content, suivre l’évolution de la météo sur les sites Internet publiques pour définir votre trajectoire … tout ça tout seul ! En plus il y en a d’autres qui font pareil juste à côté … vous devez donc suivre leurs trajectoires et vous placer tactiquement par rapport à eux. Ben oui en plus du « quotidien » du bateau vous devez pendant plus de 3 mois jouer à un jeu d’échec géant sur ordinateur, les positions de vos adversaires sont réactualisées toutes les 4 heures ! Voir la photo jointe : l’écran du PC de Conrad Humphreys à bord d’Hellomoto.

Devant 4 copains d'école

Riou, Le Cam, Jourdain et Josse occupent les quatre premières places du Vendée Globe : quel est leur point commun ?

Ils se connaissent et s’entraînent ensemble ! Et oui une preuve de plus de l'excellence du travail effectué dans la « vallée des fous » au centre d'entraînement des figaristes de Port la Forêt, dans le Finisterre Sud, à deux pas de Quimper. Si vous cherchez un stage de perfectionnement à la navigation : allez-y c'est une excellente adresse (la sélection pour y être admis est peut-être un peu rude mais on n'a rien sans rien).

Thème 3 : les bons tuyaux "en direct live" des coureurs (to be continued …)

Sébastien Josse (VMI) : « J'ai découvert un truc pas mal ! J'ai installé ma bannette sur un angle de 30 degrés pour aller dormir. Lorsque le bateau gîte trop, je tombe et je me réveille pour aller manoeuvrer. »

 

Thème 3 : Sujet pour l'épreuve de philo du baccalauréat 2005

Alex doit monter à nouveau dans son mât aile pour décrocher le spi. « Je pense que je vais devoir monter deux fois. J’attends que la mer soit plus calme pour le faire ». Alex a promis qu’il ne ferait pas cette escalade périlleuse sans prévenir avant son équipe à terre.

Sujet de la disserte de philo, exprimez-vous sur le sujet suivant : dans quelle mesure les moyens modernes de communication facilitent-ils la vie de l'entourage des coureurs resté à terre ? Alors avec les nouveaux moyens de communication plus ou moins de stress ? J’attends vos réponses.

Petit comparatif photo pour prendre la mesure de ce qu'est monter au mat.

- photo prise par votre serviteur en août 2004, au mouillage dans l'avant-port de Döelan (Finisterre sud), altitude 5m (le mat en fait 10), le mat de l'Alliance est équipé d'échelles pour monter facilement. Si je ne suis pas monté plus haut c'est juste que j'étais pas rassuré, pourtant je passe pas pour un trouillard ...

- photo prise par Joé en mer sur le Vendée Globe (vitesse estimée >10 noeuds vu le sillage), altitude 20m (le mat en fait 28), la voile est équipée de sangles le long du mat pour monter (voir photo) …

 

A la semaine prochaine,

Publié dans Vendée Globe 2004

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Nam 13/01/2005 23:08

Bonjour,
Merci de votre intérêt mais si votre question est toujours d'actualité vous pouvez me l'adresser par mail ou ajouter ici un commentaire car "la pas comprite, cette question" ;-).
 

college A de st.EXUPERY 13/01/2005 16:09

j'aimerais votre reponse avant mardi prochain,merci!!

collÚge A de st EXUPERY 13/01/2005 15:45

SVP?POURRIEZ VOUS ME DIRE QUEL SONT LES MOYENS DE COMMUNICATIONS QUE VOUS UTILISER?