Et le vainqueur est ... Vincent Riou

Publié le par Nam

Belle l’arrivée sous spi au milieu d’une mer rouge éclairée par des centaines de fusées de détresse tombant du ciel …

 

Voilà c'est fait Vincent vient de franchir la ligne et remporte ce 5ième Vendée Globe. C'est l'occasion de faire un petit inventaire à la Prévert sur ce jeune homme qui partait pour son premier tour du monde et revient avec la médaille d'or ... en attendant le second Jean Le Cam qui devrait arrivé seulement 10 à 15 heures derrière après plus de 87 jours de mer !

 

 

Autoportrait du vainqueur

 

Vincent Riou (PRB) "Je suis passionné par la mer et je me suis pris au jeu de la compétition. C’est la mer qui m’a amené à la compétition et non l’inverse."

 

 

Le secret de sa victoire

 

Extrait d'un entretien du routeur Jean-Yves Bernot par Jean-Louis LE TOUZET paru le Samedi 29 janvier 2005 dans Libération

"Une route, c'est une forme et la sienne a une vraie gueule. Pas en zigzag : il anticipe les coups qu'il va faire"

 

Et oui le Monsieur il a gagné grâce à sa régularité, et à ses choix météo : il a tracé une route presque parfaite (il paraît qu'il a fait une petite erreur dans la descente de l'Atlantique près des îles ... mais moi j'ai rien vu !), il a refusé de suivre Le Cam dans le Sud au milieu des icebergs ... bref il a fait des choix ... payant.

 

Par exemple son arrivée c'est un cours magistral de navigation même si il n'y a rien de neuf sous le soleil car ça fait longtemps qu’en voile la route la plus rapide n’est pas la plus courte !

[Titouan Lamazou, vainqueur du premier VG en 1988, dans Ouest-France : "Riou a contourné la bulle par l'ouest ? Bien vu, il a choisi la "Route des Portugais", une vieille route maritime. J'avais fait la même chose lors de mon Vendée Globe : Loïck Peyron était à ma hauteur mais grâce à ce choix météo, je lui avais repris 15 heures car j'avais été plus rapide que lui. C'est marrant de retrouver un peu le même scénario 16 ans après"]

 

 

Le bateau ‘PRB’

 

Pour le bateau, comme pour le marin, c’est aussi une première, enfin une deuxième victoire mais c'est justement ça la première (vous suivez ??), car jusqu’ici aucun bateau n’avait gagné deux fois le Vendée Globe. Bon c'est vrai faut quand même reconnaître qu'il ne reste pas grand chose du PRB 2000 de Mich' Dej' à l'exception du 'flotteur' comme en témoigne Pascal Conq co-architecte du Groupe Finot :

 

"Nous avons eu le temps de bien faire les choses, il ne reste que la plate-forme dŽorigine. On a progressé dans tous les domaines : traînée hydro, poids, puissance, contrôle... et cela donne sur cette carène modérée un bateau polyvalent bien adapté au parcours, aux conditions rencontrées."

 

A ce sujet je vous conseil le journal de TV Vendée daté du lundi 31 janvier dispo sur Internet (voir article précédent) : Mich’ Dej’ fait une visite commentée de PRB … tout simplement génial (un grand MERCI à ma cousine qui m’a gentiment ‘prêté’ sa connexion ADSL 2 Mb parce que moi je suis équipé d’un modem 56K peu propice à la vidéo !).

 

Bon en fait ce qui est plutôt à retenir c'est qu'il faut bien 8 ans de préparation au bonhomme (Vincent était préparateur/second du projet de Mich' Dej' en 2000) et 8 ans de travail sur le bateau ... pour gagner un VG.

 

 

2 moments forts de ce Vendée Globe (choisies au hasard de mes lectures)

 

Record de vitesse :

Vincent Riou (PRB) "j’ai à nouveau battu le record personnel du bateau avec une pointe à 33 nœuds ! "

 

Riou témoin d'un phénomène étrange en mer

Vincent Riou (PRB) "Samedi, j'ai été témoin d'un truc bizarre. A une dizaine de milles de moi, j'ai vu des gros champignons de fumée sortir de l'eau et ça a duré une demi-heure. C'était étrange. J'ai attrapé les jumelles. A la réflexion, je ne vois pas ce que ça peut être d'autre qu'une éruption volcanique sous-marine."

 

 

Le reproche de Nam / La réponse de Vincent

 

Au reproche: « Vous ne nous faites pas rêver ! », Vincent répond: « Peut-être, mais je fais une régate, je ne participe pas à une aventure ». Jean-Yves Bernot ajoute « Lui comme Desjoyeaux sont là pour faire de la compétition. Ce ne sont pas des poètes »

 

 

Et la suite ?

 

Vincent Riou (PRB) "Le Vendée Globe dans quatre ans ? Si j’y retourne ce sera pour aller plus vite. Cela commence à faire des courses pas si longues que cela en 80 jours. Ce sont des choses qui me tentent de remettre le couvert …".

 

Tiens tiens 80 jours ça ne vous rappelle pas un certain Jules Verne et des histoires de multi menés en équipage ?

Publié dans Vendée Globe 2004

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

ess 03/02/2005 01:28

Une jolie fin de course, c'est sûr.
Quand même des pointes à 33 noeuds... même en planche je suis pas sûr de les avoir déjà atteind. C'est dingue.