Des chiffres qui parlent ... d'eux-mêmes

Publié le par Nam

A l'arrivée c'est le temps des bilans ... et le monde moderne aimant bien les chiffres nous avons été servi.

Remarquez ça tombe plutôt bien car ces chiffres ils me parlent !

Pas à vous ? Alors essayons de les décrypter ensemble ...

 

 

Pour Vincent, une place bien méritée

Depuis le départ, Vincent Riou (PRB) n’a jamais quitté le podium. A confirmer mais il me semble même qu'il n'a jamais été classé au delà de second plus de 24h. Il a passé 46 jours en tête sur 87 jours de course !

 

 

Leur Vitesse moyenne = notre vitesse de pointe

La vitesse moyenne de Vincent sur le parcours 'théorique' est de 11,28 nœuds. Soit une vitesse moyenne qui dépasse les vitesses de pointe que peuvent atteindre pendant quelques secondes en plein surf à fond de boîte un croiseur 'bon marcheur' sur lequel le plaisancier ordinaire que je suis à plaisir à naviguer.

 

 

Les systèmes de routage embarqués sont d'une précision au delà des mots ...

A la vacation de Lundi Jean Le Cam (Bonduelle) « Si l’on se fie aux modèles météos, PRB arrivera mercredi soir à 23h30 » … 2 jours plus tard Vincent franchit effectivement la ligne à 23 heures 49 minutes et 55 secondes.

 

Ce qu'il faut voir surtout c'est que si les prévisions sont aussi 'fiables' ce n'est pas qu'une question des données météo et de calcul. C'est aussi parce que les mecs à bord ils sont capables de faire 100% de la vitesse 'cible' du bateau ...

 

Bien sûr chaque skipper dispose à bord de ces fameuses vitesses (les polaires) pour tous ses concurrents (ici Le Cam pour le bateau de Riou) ... Vous imaginez la partie d'échec géante sur 87 jours !!!

 

 

Un écart ridicule

Après 87 jours de course seulement 06 heures 32 minutes et 13 secondes séparent Jean Le Cam et Vincent Riou. Un écart de vitesse (que j'ai calculé) inférieur 0,29% !

 

 

Un chrono pas si terrible pour la boucle

Jean Le Cam a atteint le mythique rocher le 3 janvier à 6h15 après 56 jours 17 heures 13 minutes et possédait une avance de 5 jours et demi sur le chrono établi par Michel Desjoyeaux en 2001. Vincent bat le précédent record de 5 jours 17 heures 9 minutes 37 secondes.

 

Autant dire que la remontée de l'Atlantique n'a pas été une partie de plaisir (d'ailleurs elle m'a fait perdre mon pari) puisqu'elle n'a pas permis de gagner de temps supplémentaire. Bref ça se confirme dans un tour du monde le plus dur (en tout cas pour les perfs et surtout pour les nerfs) c'est entre le Cap Horn et la maison ... vous n'avez qu'à demander à Olivier de Kersauzon ou Ellen Mac Arthur ... ils ne vous diront pas le contraire.

 

Une pensée particulière pour Mike Golding qui avait optimisé son bateau pour gagner la course justement dans cette remontée de l’Atlantique au reaching. Les conditions météo prévues étaient bien au rendez-vous mais la réussite, et c’est le moins que l’on puisse dire, elle n'était pas là (problèmes de drisses à répétition + perte de quille en vue de l’arrivée !).

Publié dans Vendée Globe 2004

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Lanidrac 04/02/2005 07:33

Tu as posté trop tôt pour nous indiquer l'écart de Golding sur la ligne d'arrivée : 1 jour 4h 27mns 18 secondes .... 3 coureurs dans en 28 heures aux Sables d'Olonne , ce résultat sera difficile à égaler je pense.

ess 04/02/2005 05:35

0,29%... c'est un peu comme un écart de 2s pour un contre-la-montre cycliste de 15 minutes. Ridicule... oui.