Mike Golding a perdu sa quille mais est arrivé quand même !

Publié le par Nam

Mike Golding a perdu sa quille mais est arrivé quand même et cela m'inspire quelques réflexions …

 

 

1° La vérité sort de « la bouche du Vendée Globe »

En voile comme dans beaucoup d'autres sports ... la course ne s'arrête qu'après avoir franchit la ligne. C'est une vérité incontournable, absolue. Ce Vendée Globe nous le rappelle, comme il l'a déjà fait pour beaucoup d'autre choses essentielles (exemple la route la plus courte n'est pas toujours la plus rapide) et comme il le fera encore avant l'arrivée de la dernière (Karen tiens bon, on sera au RDV mi-mars !).

 

 

2° Beau boulot Mike !

Ca a pas du être facile pour Mike. Nick M. a prouvé (très récemment) qu'on pouvait garder un bateau à l'endroit sans quille grâce aux ballasts. Mais faire route contre le vent avec un plan anti-dérive amputé (reste quand même les 2 dérives sabres), c'est autre chose. Mike a parcouru une cinquantaine de miles sans quille avec un vent qui refusait sérieusement. D'ailleurs cette bascule défavorable j'ai comme l'impression que Mike l'avait déjà anticipé en tirant un bord vers le Nord ... quand il avait toute sa tête ... pardon toute sa quille.

Décidemment y en faut beaucoup pour 'déstabiliser' ces marins ... chapeau Mike.

 

Image d'hier avec prévi de vent à 24h

 

3° Changement d’avis sur les quilles pendulaires

Finalement cette avarie me fait revenir sur ce que j'ai écrit dans un article précédent (seuls les imbéciles ne changent pas d'avis). Les quilles pendulaires c'est pas encore au point (sauf peut-être sur les mini 6,50, question d'échelle ?). Voici la liste des avaries de quille pendulaire sur ce Vendée Globe, liste non exhaustive car tout le monde n'est pas encore arrivé :

- abandon de Norbert S. : quille folle (non tenue)

- abandon de Roland Jourdain : bris de tête de quille

- abandon de Nick M. : perte pure et simple de sa quille

- Problème de bascule pour Conrad et Riou (les vérins hydrauliques ne marchent plus, Riou bien sûr l'a annoncé seulement une fois la ligne franchit !)

- Maintenant Mike et peut-être d'autres sont à venir ...

Ca fait quand même 6 concurrents plus ou moins sérieusement 'embêtés' sur (de tête) une quinzaine équipés de l'engin !

 

Bon moi avant ces problèmes avec ces nouveaux équipements je me souviens que de 2 avaries de quille graves sur un Vendée Globe :

- Bertrand de Broc perdant son appendice à 2 jours de l'arrivée dans le golfe de Gascogne, un peu comme Mike

- Philou (Philippe Poupon) dont le bateau n'avait pas une quille assez lourde (ou 2 mats trop lourds, mais ça revient au même !) pour redresser son bateau resté sur la tranche à 90° et remis à l'endroit en remorque de Loïck Peyron ... avec à la clef des images incroyables.

 

 

4° L'origine de la perte de quille de Mike Golding viendrait-elle du "reaching de la mort" ?

Ces derniers jours, Le Cam et Golding ont tenté le tout pour le tout au près avec une mer de face pour couper le 'fromage', pendant que Riou allait chercher la bascule de vent au Nord près du centre de l'Anticyclone.

 

Le Cam « Ce qu’on a fait subir à nos bateaux, ça m’a fait mal. Mais on était obligé pour essayer de revenir. C'était apocalyptique. T'as six nœuds de vent, tu renvoies et ça repart à 26 ! Tu montes, tu descends, botte, ciré, zapette à la main (ndlr : télécommande du pilote). Tu t'es déjà retrouvé à l'horizontal sur l'eau, matossé au vent, la grand-voile dans les bastaques ? Mike Golding a dû avoir pire ! La croisière ne s'amuse plus. C'est la pire des nuits de ce Vendée Globe... »

 

 

5° Image d’Ecover à l’arrivée

 

Ecover à l'arrivée (source Vendée Globe)

 

Enfin j'ai vu les images de Golding franchissant la ligne et 2 choses m'ont frappées :

- le 4ième ris c'est quand même vraiment un 'tout petit bout de torchon' et dire que dans le sud ils passent des journées entières avec cette voile + tourmentin tellement ça souffle !

- les ballasts (de l'ordre de 5 tonnes d'eau salée pour un bateau tout mouillé qui pèse 8 tonnes) c'est pas de la gnognote. A l'arrivée Ecover n'est pas du tout mais alors pas du tout dans ses lignes d'eau et pourtant doit plus rester grand chose à bord car 1. Mike a fait le ménage lors d'une colère noire en arrivant dans le Golfe de Gascogne espérant ainsi gagner en vitesse, 2. il ne reste plus de 'consommables' à bord (nourriture, gasoil ...).

 

 

___
. Révision 1.0 du 05/02/2005 : ajout de la photo de Mike avec son 4ième ris dans la GV et son bateau 'enfoncé'

 

Publié dans Vendée Globe 2004

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

YannX 06/02/2005 06:04

Bonsoir,

Une petite remarque sur les histoires de quilles au VG : de tete, j'ai qd meme souvenir de qq.photos de coques retournées et bien lisses au début du siècle, et dont les skippers se sont réjouis que des Aussies arrivent les recupérer.
Il serait plus raisonnable aussi de tenir compte des cas d'OFNIS rencontrés avant d'incriminer brutalement le calcul des quilles....

Mais merci pour ce blog qui m'a lancé !

Nam 05/02/2005 08:57

Exact Guillaume 2 x 3,5 tonnes de ballast ... ça double presque le poids du bateau !!!

guillaume 04/02/2005 22:52

Oui cela laisse rêveur sur la volonté du bonhomme ...
Juste quelques précisions.
Mike a expliqué que l'utilisation de ses dérives pour compenser la perte de sa quille était à peine possible en raison du fait qu'elles prenaient toute la pression .
Skandia ( l'autre .. le "Maxi" ) l'a également perdu dans Sydney - Hobart
Nicorette ( le " Maxi" qui gagne en temps réel Sydney - Hobart ) l'a perdu aussi !!! après la course lors d'une sortie sponsors...
Les ballasts de Mike contiennent 3500 litres donc à peu près 3500 kilos et en effet le bateau est "sous l'eau" au ponton de Port Olonna. Sinon le reste .. nickel!
Je commence à craindre pour une relation nommée Bouwe Bekking qui fait construire le Wor 70 Telefonica-Movistar dans le même chantier qu'Ecover ou Skandia ( l'ex Kingfisher )
C'est pas très au point ces quilles basculantes . c'est le moins que l'on puisse dire